Hasard, sonars et levés marins

Le rôle du Service hydrographique du Canada dans la découverte du NSM Erebus

Pendant l’été 2014, les membres d’une équipe multidisciplinaire ont repris les recherches entreprises il y a de nombreuses années pour retrouver le NSM Erebus et le NSM Terror, les navires perdus de l’expédition menée par Sir John Franklin, qui ont été emprisonnés puis abandonnés dans les glaces du détroit de Victoria en 1848, à l’ouest de l’île King William. L’équipe a découvert le NSM Erebus dans la zone sud de la baie de la Reine-Maud, suscitant un vif intérêt partout dans le monde

Comme c’est souvent le cas lors de découvertes importantes, la chance et la générosité ont joué un rôle déterminant, déclenchant une suite d’événements historiques qui ont mené à la découverte du principal navire de l’expédition du capitaine Franklin. Ainsi, le simple geste d’un hydrographe du Service hydrographique du Canada, qui a offert aux membres d’une équipe d’archéologues du Nunavut de les transporter à bord de son hélicoptère, a mené le Service hydrographique du Canada à effectuer des levés marins qui ont permis de produire de spectaculaires images tridimensionnelles de l’épave retrouvée. Grâce à ces images, les archéologues marins de Parcs Canada ont pu alors confirmer l’identification du NSM Erebus.

La technologie

Cône alluvial à l’embouchure d’une rivière

Les jours où les hydrographes utilisaient des techniques rudimentaires, comme la mesure de la profondeur des eaux à l’aide d’une sonde lestée, sont révolus depuis longtemps. Aujourd’hui, le SHC dispose d’un imposant éventail de possibilités pour acquérir des données.

La plupart des levés sont effectués au moyen de la technologie de sonar multifaisceaux à bord d’embarcations spéciales qui sont déployées soit d’un navire, soit de la terre ferme.

Le sonar multifaisceaux est une technologie de pointe qui permet d’envoyer des centaines de faisceaux sonores dans l’eau et de retransmettre les données à des ordinateurs afin de capturer des images des fonds marins. Les images générées à partir des données permettent aux scientifiques de « voir » les dangers pour la navigation, les paysages et les caractéristiques géomorphologiques qui se cachent sous l’eau. Parfois même, ils découvrent des épaves!

La découverte

Image multifaisceaux d’ une éprave en Colombie-Britannique

Le 1er septembre, un pilote d’hélicoptère a trouvé le ferrement d’un bossoir provenant d’un navire de la Marine britannique sur une île dans le sud de la baie de la Reine-Maud pendant un levé terrestre effectué par une équipe d’archéologues du gouvernement du Nunavut. C’est cette découverte qui a ultérieurement permis de repérer l’emplacement de l’épave du NSM Erebus.

Après cette découverte sur la terre, les archéologues marins de Parcs Canada ont modifié leur zone de recherche privilégiée en utilisant leur propre navire, le NR Investigator, un petit navire mis à l’eau à partir du NGCC Sir Wilfrid Laurier. Ce serait le sonar à balayage latéral du NR Investigator qui aurait transmis les premières images du navire quasi intact qui repose, bien droit, sur le plancher océanique.

« Tout d’abord, on m’a appelé, sur le système de sonorisation, à venir à mon bureau à bord du NGCC Sir Wilfrid Laurier, ce qui est plutôt banal en soi. Quand je suis entré, le capitaine en second Rich Marriott a fermé la porte derrière moi et m’a demandé de lui remettre tout mon matériel de communication par satellite. Je savais ce que cela signifiait. Nous avions découvert quelque chose. J’étais abasourdi. » Scott Youngblut - hydrographe responsable

Le Service hydrographique du Canada a dû ensuite recueillir des données bathymétriques à haute résolution à l’aide d’équipement sonar multifaisceaux. Ceci a produit des images jamais vues auparavant de l’épave, que les archéologues marins ont utilisées pour confirmer l’identification de l’épave du navire mère de la funeste expédition, le NSM Erebus!

Ce texte raconte comment le Service hydrographique du Canada, qui recueillait des données bathymétriques à haute définition fournissant des images très détaillées du fond marin afin d'établir de meilleures cartes de naviga-tion maritime, s'est retrouvé parmi les acteurs d'une découverte historique.

Date de modification :